Pythoneon01

L'arborescence de travail

Cette arborescence comprend à la fois des algorithmes de base, des outils et des projets de timbres qui seront utilisés ultérieurement.

L'organisation du développement strictement informatique est structurée comme tout autre développement (enfin, je le suppose) : sous forme d'arborescence qui est censée représenter la logique du projet. En fait, cette logique se manifeste peu à peu, au cours des années et il y a des cas où on ne sait vraiment pas dans quel répertoire il faut caser le fichier en cours.

En attendant la décantation, je mets des liens symboliques qui pointent des répertoires logiques vers le répertoire de travail.

Trois niveaux de composition

Une pièce sur l'établi utilise : (a) des algorithmes généraux qu'on trouve disséminés un peu partout et qu'il faut réécrire en Python, (b) des outils que j'ai inventés mais qui ont un grand degré de généralité ou d'évidence. Ils constituent le niveau des outils communs.

Au niveau suivant on trouve les timbres. Chaque timbre est déjà une micro-composition, car selon ce qu'on y met, ils reflètent les préférences et les inclinations du compositeur. Les timbres sont retouchés ou sont aménagés quant aux paramètres pour que leur utilisation locale soit plus facile.

Le dernier niveau concerne l'organisation dans le temps et dans l'espace des timbres et de leur paramétrisation locale. Là, on est dans le domaine de la composition aussi abstraite que la composition instrumentale traditionnelle.

Le premier niveau, celui des outils est perfectible, comme l'est un raisonnement mathématique. Il y a de bonnes raisons de le rendre public sous une licence de type informatique générale.

Le niveau des timbres semble a priori indécis. Mais quand on examine la structure des modules de plusieurs timbres, on constate qu'il y a des parentés, quel que soit le mode de production utilisé. On arrive à une structure de module comprenant (1) la méthode d'initialisation d'une instance de classe, (2) une méthode que j'appelle systématiquement evt(---) et qui construit un évènement, (3) une méthode change qui permet de modifier les paramètres constants de la classe.

Cette structure générale d'une classe de timbre fait aussi partie de ce que je considère comme étant communs. Le reste, c'est-à-dire la finition d'un timbre et l'organisation des évènements, est si individuel qu'il appartient au compositeur de le façonner.

Finalement, tous les algorithmes de timbres gravitent autour de deux modèles : (1) un processus de consultation de table (dans les timbres évolués, on vient à bout de cette rigidité en déformant la table), (2) un processus associant intimement un algorithme récursif et un filtre.

... la suite ...(sinus, bruit, ...)


Sommaire

Pythoneon 01, 02, 03, 04, 05, 06, 07
Imprimer du code Python
Évolution du projet pythoneon
Utiliser l'Analyse de Fourier
'A Primer on Scientific Programming with Python' de H.P. Langtangen

Copyright 2010 (c) René Bastian - rbastian (arrobe) free.fr